Avec la nouvelle mise à jour du navigateur Chrome, des centaines de sites ne seront plus visibles… et peut-être le vôtre?

Il y a quelques semaines, à l’occasion de ses 10 ans, le navigateur Chrome a évolué vers sa version 69. Nouvelles fonctionnalités, nouveau look: Google Chrome s’est offert une seconde jeunesse! Reste que ce dernier n’entend pas s’arrêter en si bon chemin puisque la version 70 sera opérationnelle d’ici quelques jours déjà. Au programme de celle-ci, des mesures de sécurité accrues, pouvant mettre à mal le bon fonctionnement de nombreux sites, dont certains pourtant très populaires. Explications.

HTTP > HTTPS 

L’intention actuelle de Google est claire: sécuriser au maximum la navigation des internautes. Pour ce faire, le moteur de recherche incite, et ce depuis plusieures années déjà, tous les sites internet à migrer du HTTP vers le HTTPS.

Google a enclenché la première dès janvier 2017, taxant de la mention « non sécurisé » les sites web sur lesquels transitaient des informations sensibles, avant d’appliquer cette règle à tous les sites internet sans exception depuis peu. La volonté de Google? Faire du HTTPS la norme.

Chrome 70 et vieux certificats (sites non sécurisés) ne feront pas bon ménage!

Reste que tous les sites HTTPS ne sont pas à l’abri d’une quelconque « pénalisation ». C’est notamment le cas des sites bénéficiant d’un certificat fourni par Symantec, Thawte, VeriSign, Equifax, GeoTrust et RapidSSL.

Ces certificats, obligatoirement fournis avant juin 2016, ne seront bientôt plus supportés par Google Chrome. Pire: avec l’avènement de Chrome 70, les sites concernés ne seront carrément plus accessibles depuis le navigateur.

Dans la pratique, lorsqu’un internaute souhaitera accéder à l’un d’eux, s’affichera un message, l’empêchant d’aller plus loin.

À l’origine de cette décision? La découverte d’une mauvaise gestion d’identifiants. Les anciens certificats pré-cités ne pouvaient donc prétendre fournir une sécurité optimale.

Si Google avait annoncé cette particularité depuis fin de l’année dernière, nombreux sont encore les sites concernés. Nombreux sont d’ailleurs particulièrement fréquentés, voire d’autorité. C’est par exemple le cas de la Banque fédérale d’Inde, du Gouvernement de Tel-Aviv, etc. Ferrari faisait encore partie de la liste il y a quelques jours!

Si vous êtes concerné, bien que cela ne soit pas encore trop tard, sachez qu’il ne vous reste que jusqu’au 16 octobre 2018 pour agir…

Vous êtes dans le cas? Vous avez un doute?

Contactez-nous!

 

À lire sur le même sujet:

Avec la nouvelle mise à jour du navigateur Chrome, des centaines de sites ne seront plus visibles… et peut-être le vôtre?
5 - 2 votes

Tagged under:

Leave a Reply

Your email address will not be published.